• CHAPITRE 21➤

    Face aux supplications. Face à ce visage dégoulinant de larmes et de morve. Il restait de marbre. Le canon collé contre le front suintant de sueur. Un simple sourire tandis qu'Oscar insistait férocement mais vainement à ce qu'on lui laisse la vie sauve. Roxane était silencieuse. Elle ne voulait pas agir contre son compagnon, mais elle n'appréciait pas l'idée d'éliminer cet homme. Il n'avait rien fait de mal. Mais aujourd'hui était venue sa dernière heure.

     

    <<Pitié ! Pitié ! Je ne veux pas mourir !>> Hurlait Oscar.

     

    <<Tu as déjà oublié notre accord ?>> Lança joyeusement Am.

     

    <<JE VEUX PAS MOURIR !>>

     

    <<Je m'en fiche. Nan, mais vraiment. Je m'en fiche.>> Répondit le jeune homme.

     

    C'était sans espoir pour le maigrichon. Avant même que ce dernier puisse lui demander une nouvelle fois de l'épargner... une balle dans le crâne. Un long gémissement rauque. Sa tête, balancée en arrière par le choc. Lentement, le reste de son corps suivit la chute. Quelques spasmes. Des filets de baves émanant de sa bouche. Convulsion. Puis disparition de toute vie en cet homme. Une main devant ses lèvres. La muette spectatrice n'aurait jamais pu croire que le décès de cette personne l'affecterait autant. Jusqu'au dernier moment, ce peureux freluquet n'avait pas détourné le regard. Il l'avait contemplé tout le long. Il était terrorisé. Certes, mais il avait eu le courage de voir la mort en face. Il n'avait pas été lâche. Plongée dans ses pensées, elle oublia la présence de son compagnon de route. Un sursaut. Une main sur son épaule. Am la fixait en silence.

     

    <<Désolé.>> Marmonna-t-il.

     

    <<H.. Hein ? Pourquoi ?>> Demanda-t-elle, inquiète.

     

    <<J'ai... Je veux voir ma maman...>>

     

    <<Am... On ira la voir, si tu veux.>> Essaya-t-elle timidement.

     

    <<Je voulais juste... les libérer. De la souffrance. De la peur.>> Murmurait-il en boucle.

     

    <<P... Pardon ?>>

     

    Elle était complètement confuse. De quoi parlait-il ? Elle ne comprenait pas où il voulait en venir. Qu'est-ce qui pouvait bien se passer dans la tête de son ami ? Anxieuse, elle lui confisqua son arme et le serra dans ses bras sans rien répondre aux étranges délires du garçon. Que voulait-il dire par "Je voulais juste les libérer" ? Qui étaient ces personnes qu'il avait voulu "délivrer de la souffrance et de la peur" ? Elle le craignait. Et aucune gifle mentale ne pourrait la raisonner ; parce que son compagnon de route était un fou. Un véritable taré. Et elle était terrifiée par lui.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :