• CHAPITRE 30➤

    <<Et donc, qu'est-ce que tu fais ici ? Tu es immunisé ?>> Demanda le jeune homme.

     

    <<Ho ho. Je te mentirais si je disais que oui.>> Répondit son père.

     

    <<Ce ne serait pas la première fois.>>

     

    <<Ils m'ont sorti de taule. Tu te souviens ? C'est toi qui m'a envoyé là-bas.>> Grogna l'homme.

     

    Serrant les poings. Restant muet. Am veillait sur sa douce amie, reposant sur le dos de celui qu'il considérait comme une raclure. Ravalant son mépris et étouffant sa haine. C'était à contre-cœur qu'il faisait confiance à cet homme qui resterait à jamais son géniteur. Oui. Il avait fait en sorte que son père croupisse en prison. Ce genre d'individu mériterait bien pire mais à son grand malheur, la peine de mort était abolie depuis bien longtemps. Le garçon avait donc filmé et enregistré chaque faits et gestes de son paternel. Il avait ensuite envoyé ce qui pouvait être considéré comme étant compromettant. Deux jours. Avant que les forces de l'ordre n'interviennent. Il se souvenait de ce jour-là. Du sourire qui ornait son visage. De cette rage qui pouvait finalement s'envoler, le libérant de la souffrance. Son père, condamné pour exploitation de mineur et de personne handicapée plus violence physique et morale. Un véritable festin de sensations. De la joie, de la colère... mais également de l'appréhension et de la peur. Et si son créateur s'évadait de prison ? Qu'il en sortait ? Am le payerait cher. Probablement de sa propre vie. Battements de cœur douloureux. Il avait perdu connaissance. Aujourd'hui même, l'homme qui avait détruit une bonne partie de sa vie. Le monstre qui avait fait naître cette schizophrénie croissante. Cette chose était entre ses mains. Il allait pouvoir se venger. Plus de lois. Plus de règles. Il pourrait jouer avec ce menteur. Il avait maintenant l'occasion de faire bien plus concernant ce tricheur. Un délicieux frisson d'euphorie le fit trembler de contentement. Et tandis que son amie semblait être rongée par le virus... son père, lui avait enfin remis son sac à dos au jeune homme. Silence. Juste le silence.

    Il sortit lentement la hache et la brandit avant de l'abattre sur le crâne de son géniteur en riant. Roxane s'effondra au sol, un peu plus loin. Elle pouvait le voir. Ce tueur. Il s'acharnait. Il le massacrait. Et elle souffrait en voyant son ami et compagnon se faire corrompre par la douleur et la démence. De longues minutes se déroulaient. Elle ne ressentait plus de maux. Elle se sentait bien. Et le jeune homme continuait. Elle se leva fébrilement. Muette. Vision trouble. Roxane s'approchait lentement de son ami. Sans prévenir, elle mordillait à présent sa gorge. Am lâcha la hachette en poussant un couinement de douleur et de surprise. L'arme se fracassant contre les restes de son père. Tournant légèrement son regard, il fixait désormais la jeune fille qui fut prise d'un mouvement de recul. Que venait-elle de faire ? Le garçon posait doucement une main sur son cou, dévisageant son amie dont la peau était devenue grisonnante.

     

    <<Roxane ?>>

     

    <<Désolé... Je... Je ne sais pas ce qui m'a pris. J'avais si faim...>> Bafouilla l'adolescente, gênée.

     

    <<Ce n'est rien. Tu as faim ? Moi aussi.>> Sourit-il.

     

    <<Je veux partir... Am...>>

     

    <<Moi aussi. J'ai vu une sortie de secours, je crois... Viens.>>

     

    Le jeune homme serrait délicatement la main de sa camarade. Un léger sourire. L'adolescente y répondit. Rassurée. Enfilant le sac à dos, le garçon rangea cette si belle lame rougeoyante. Restant discrets et muets. Ils s'échappèrent. Avant de courir. De crier. Hurlant de joie. La vie allait être dure. Certes. Mais ils étaient libres. Ils étaient ensemble. Et c'était ça qui comptait.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :