• NORMAL B.E.I.N.G➤

    Roxane a toujours été une personne adorable ainsi qu'une jeune fille plutôt normale malgré sa différence qui avouons-le, la rendait unique en son genre. C'était une adolescente qui se fichait bien de plaire aux garçons ou non. Le maquillage était son ennemi juré et ses séances shopping se résumaient à tout ce qui touchait de près ou de loin à la "culture geek". Son ami le plus proche était quelqu'un qui était écœuré par le sexe tout comme elle et qui ne désirait qu'une relation romantique. Chose que beaucoup surnommaient l'amour platonique. Bien évidemment, ce n'était pas leur seul point commun. Ils appréciaient les mêmes choses, regardaient les mêmes séries et jouaient aux mêmes jeux vidéos... ou presque. Mais ceci n'est qu'un détail. La jeune fille était toujours intéressée et passionnée par les petites anecdotes de son meilleur ami ; elle adorait l'ouverture d'esprit dont faisait preuve le jeune homme et était admirative devant tant de culture ainsi que d'intelligence. Mais lorsque ce dernier commençait à se rabaisser ou bien à s'insulter, elle savait hausser le ton sans perdre son sang-froid même s'il lui arrivait de s'énerver parfois. Même si elle ne se considérait comme telle, elle était la fille parfaite. Après tout, c'était une adolescente brillante dotée d'une belle et grande connaissance pour son jeune âge. Elle était capable d'être amusante et drôle, mais également sage et respectueuse en dépit de son environnement familial qui se révélait... compliqué.

    Elle qui était la fille de l'agent de police Jacob Idris et de Lora Edern, avait parfois honte de ces gens qui pouvaient se montrer aimables, charismatiques mais aussi se révéler atrocement intolérants. Ils étaient ce genre de personnes qui ne voyaient pas d'un très bon œil ceux qui se révélaient être différents de l'Homme blanc, hétérosexuel, sain d'esprit et soit-disant "normal". Cette tâche sur le tableau qui représentait ses parents déplaisait énormément à Roxane, elle qui aurait préféré avoir la possibilité de discuter de ce genre de sujet sans que ces conversations interdites ne finissent en pluie d'insultes et de moqueries discriminatoires tombant en trombe sur la pauvre jeune fille qui n'avait rien demandé.

    L'adolescente se sentait plus seule, recluse et incomprise que jamais au sein de cette famille pour le moins ordinaire. Son frère ne semblait jamais réellement vouloir être entièrement de son côté et pourtant de nombreux facteurs indiquaient qu'ils étaient censés se serrer les coudes et être solidaires. La plus jeune n'était encore qu'un bébé ; une fillette qui en était toujours à l'apprentissage de la parole. Cependant elle avait beau être adorablement mignonne, ses cascades de petit acrobate amateur effrayaient Roxane. C'est pourquoi lorsqu'elle repensait à ce jour-là où ils ont tous été déchiquetés dans d'atroces souffrances, la jeune fille avait envie de vomir et de pleurer. Elle les aimait et ils lui manquaient horriblement. Malgré leurs défauts.

     

     

    Roxane en compagnie de son camarade avait réussi à semer LES CRÉATURES, tuant quelques unes au passage avec l'aide de Am. Une véritable horde de monstres assoiffés de sang. En somme, ce qu'était la jeune fille à présent. Une dure réalité qui la dégoûtait au plus haut point ; Comment avait-elle pu devenir ÇA ? Se transformer en une chose aussi immonde ? Les larmes qui menaçaient de couler ne s'échapperont jamais de ses paupières, essuyées par la manche déchirée de son pull en col V ensanglanté. Elle était incapable d'ignorer ces pulsions, ces envies de mordre. De dévorer quelque chose. L'idée de ne plus ressentir la fatigue ou la douleur lui était devenue insupportable. Mais tant que le jeune homme resterait à ses côtés, elle serait capable de subir cela et de se contenir pour survivre.

     

    <<Manger, manger, manger... J'ai faim... Manger... Donne-moi à manger...>> Marmonnait une petite voix grinçante au fin fond de son esprit corrompu par la menace que son système immunitaire était parvenu à vaincre.

     

    L'adolescente secoua vivement la tête pour chasser ce vil serpent qui serrait constamment sa gorge, comme pour l'étrangler. Il n'existait pas. Ce n'était pas réel. Roxane essayait de se rassurer, de rester lucide malgré la situation qu'elle vivait et le monde dans lequel elle s'aventurait avec son compagnon de route. Plus tard, ils croisèrent le chemin de Jason et Barry ; deux hommes baraqués et stupides comme des gorilles attardés. Deux frères qui en reconnaissant les deux "plus grands meurtriers de l'ère de la Tragédie" s'étaient dit que ce serait une bonne occasion d’empocher une belle récompense. Apparemment, la tête du gamin aux cheveux blancs et celle de la binoclarde à la peau grisâtre étaient mises à prix. Heureusement avec un peu de jugeote, chose que les deux brutes ne détenaient probablement pas, le duo parvint à s'enfuir pour se réfugier dans l'enceinte d'une gigantesque ville en ruine.

    C'est ici que le jeune homme perdit connaissance épuisé à force de courir. Au moment même où ce dernier s'écroula sur le sol, l'adolescente fut victime d'une terreur intense. Paniquée, Roxane s'empressa de vérifier la respiration et de prendre le pouls de son ami. Légèrement soulagée de le savoir encore en vie mais toujours inquiète, elle veilla sur Am sans rien dire. Se mordillant nerveusement les lèvres, plissant rapidement les yeux. Elle avait peur de le perdre. C'était une pensée qui l'effrayait tellement qu'elle en avait des sueurs froides et des larmes aux yeux. Ses pupilles vides se dilatèrent un peu, la salive se mit à couler au coin de ses lèvres. Elle fixait longuement son délicieux compagnon de route.

     

    <<Tellement faim... J'ai faim. Je veux manger... Manger, manger, manger...>>

     

    Le visage de Roxane s'approchait doucement de celui de Am dans le plus grand des silences. Elle n'en pouvait plus, elle devait se nourrir. Pendant un instant, toute raison s'était envolée de son regard habituellement lumineux. Elle ne désirait qu'une seule chose ; dévorer ce si joli visage. Et cette incroyable et sinistre berceuse continuait de la guider vers un bien épouvantable festin. Ou destin ? Mystère...

     

    <<Je dois... manger... Croquer, mordre, arracher la chair... Donne-moi à manger...>>

     

    Au dernier moment alors que sa mâchoire s'apprêtait à se refermer sur le jeune homme endormi, l'adolescente revint à elle avant de brusquement s'éloigner de son camarade. Horrifiée par le crime atroce qu'elle a failli commettre. Anxieuse, elle secoua maladroitement le garçon. Elle ne voulait pas le perdre. Il en était hors de question. Roxane était terrifiée.

     

     

    Roxane avait du mal à supporter ses camarades. Généralement les garçons étaient très malheureusement de véritables prédateurs sexuels cherchant à prendre la virginité des demoiselles en ayant également pour objectif de leur pincer les fesses. Les filles quant à elles n'étaient pas forcément mieux ; Nombreuses étaient de vraies petites pestes se comportant comme des chiennes en chaleur et riant comme des hyènes. Pourtant aux yeux de l'adolescente, ils étaient surtout de sournois vautours qui semblaient prendre plaisir à lui causer du mal-être. Prenant la décision de s'isoler quelque part à la recherche de tranquillité, Roxane sortit son téléphone de la sacoche qu'elle trimbalait partout. La jeune fille sélectionna "Am" dans ses contacts.

     

    -Coucou Am. Ça va ? Envoya-t-elle.

     

    -Bah, je m'ennuyais jusqu'à que tu m'envois un message. Et toi ? Répondit le jeune homme.

     

    -Je ne me sens pas très bien. Mais vu que tu es là, ça va mieux ! Écrivit-elle avec un sourire.

     

    -Oh ? Alors on s'illumine mutuellement notre journée ! Génial !

     

    Les joues de la jeune fille devinrent légèrement rouges. Un petit rire hésitant se fit entendre. Tapant sur les touches de son clavier, Roxane s'apprêtait à rédiger un message qu'elle considérait comme étant plus ou moins important. Mais la sonnerie retentit soudainement. Un vif sursaut. L'adolescente se leva et rangea son téléphone portable sans prendre le temps de l'éteindre, de finir le message ou même d'envoyer celui-ci. Elle se rendit en cours rapidement, s'en voulant de ne pas avoir prévenu son ami.

     

    -Am. Je ne sais pas si tu ressens la même chose... Mais quand je parle avec toi, mon cœur bat très très fort, tu sais ? Et puis, tu es si gentil et tellement adorable. Tu le sais ça, Am ? Du coup, je me demandais si ... Elle n'enverra jamais ce message.

     

    Mais comme le dit la rengaine ; "Parfois l'amitié est la plus grande preuve d'amour que l'on puisse offrir à l'élu de son cœur". Et une chose est sûre... Roxane le prouvera à de maintes reprises.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :